La boutique de Mademoiselle Biloba

« Je savais que j’allais créer mon entreprise un jour. »

Entre la mise en place du projet, les diverses démarches à effectuer, le local à trouver et la motivation qui ne doit pas s’en aller, créer son entreprise est un sacré challenge ! Et parce que ce sont les entrepreneurs qui parlent le mieux de l’entrepreneuriat, c’est Pauline Dehecq, fondatrice de Mademoiselle Biloba, atelier de création de cosmétiques sur Lille, qui nous explique son parcours.

Créer son entreprise, un plaisir testé et approuvé par Pauline Dehecq, à la tête de Mademoiselle Biloba

Pauline Dehecq

Mademoiselle biloba
mademoiselle-biloba.fr

Pauline, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Pauline, j’ai (presque) 32 ans et je suis originaire de Valenciennes. Côté études, j’ai un diplôme d’ingénieur agronome que j’ai obtenu à l’ISA de Lille. Après mes études, je suis partie travailler en Normandie dans un laboratoire cosmétique et pharmaceutique pour la marque Le Comptoir Aroma. Je suis ensuite partie sur Paris travailler pour Giropharm, un groupement de pharmaciens, puis au Canada pour la marque de cosmétiques Uriage avant de revenir à Lille pour créer Mademoiselle Biloba.

Pourquoi avoir choisi la rue Saint André et le fin fond du Vieux-Lille pour y implanter Mademoiselle Biloba ?

Je ne ciblais pas au départ le quartier du Vieux-Lille, j’étais plutôt axée sur le quartier Jean-Baptiste Lebas. Mais quand on m’a présenté le local rue Saint André, je me suis dit que c’était une bonne opportunité, aussi bien en termes de superficie, d’accessibilité (bus, places de parking) que de loyer. Un bel hasard dirais-je !

Avez-vous été inspirée pour créer votre atelier et votre boutique ?

Pour créer le projet, non. Par contre, je suis passionnée d’entrepreneuriat depuis des années. Je lis beaucoup d’articles et de revues sur l’entrepreneuriat et la création d’entreprise. Il y a des entrepreneurs qui m’inspirent au quotidien, comme Guillaume Gibaut, fondateur du Slip Français, ou Céline Lazorthes, fondatrice de Leetchi. De toute évidence, je savais que j’allais créer mon entreprise un jour.

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans l’aventure du jeune entrepreneur ?

Créer son entreprise est en soi assez simple. J’ai pu bénéficier d’aides de la part d’organismes pour tout ce qui est démarches bancaires, administratives, établissement d’un business plan, etc. mais je n’ai pas reçu d’aides financières type subventions par exemple. Une fois que tout est lancé, c’est selon moi là que les difficultés commencent vraiment.

Si je devais résumer, je trouve que les deux principales difficultés sont :

  • être seul(e) en permanence : il faut tout gérer seul(e), prendre les bonnes décisions seul(e), faire des tâches qu’on ne maîtrise pas ou qu’on n’aime pas ;
  • faire marcher son entreprise : c’est très utopique de penser que l’entreprise qu’on crée va générer de la rentabilité de suite et qu’on pourra se dégager un salaire dès le premier mois. Tout prend du temps, il faut accepter que son niveau de vie baisse pendant plusieurs mois, voire plus.

Pouvez-vous nous définir ce qu’est un entrepreneur aujourd’hui en France ?

Pour moi, il y a deux types d’entrepreneur. Il y a celui qui pense business, c’est-à-dire qu’il crée une entreprise avec pour but de la revendre et gagner le plus d’argent possible, et il y a celui qui veut donner du sens à ce qu’il fait avec pour but de changer les choses.

Mais si je dois faire une définition globale, je dirais qu’un entrepreneur est une personne persévérante avec de la motivation à revendre et qui croit en son projet pour ne rien lâcher et ne pas abandonner dès le premier obstacle arrivé. C’est également une personne prête à faire des sacrifices et qui a le goût du risque.

Comment se passe une journée au sein de Mademoiselle Biloba ? Vous levez-vous le matin avec le sourire et la bonne humeur ?

Aucune journée ne se ressemble ! C’est une toute petite entreprise (je suis seule avec deux stagiaires), il faut donc être très polyvalent. Hormis l’accueil de la clientèle en boutique et les ateliers à animer qui sont l’essence de Mademoiselle Biloba, il y a tout ce qu’il y a derrière à gérer : la communication, les fournisseurs, la gestion des stocks, la comptabilité, les rendez-vous…

Si j’ai le sourire et la bonne humeur en me levant tous les matins ? Dire oui serait mentir. Comme dans un travail salarié, il y a des jours avec et des jours sans. Même si Mademoiselle Biloba est un “travail passion”, cela reste un travail avec son lot de tracas et de tâches moins fun et obligatoires à effectuer.

Avez-vous un ou plusieurs conseils à donner à une personne qui souhaite se lancer dans le grand bain de l’entrepreneuriat ?

Si la personne est convaincue à 100% de son idée, il faut qu’elle se lance pour ne pas regretter. Je lui conseillerais également de bien s’entourer, d’être consciente qu’elle ne peut pas tout connaître, ni savoir, d’être persévérante et de faire preuve d’audace car personne ne viendra à elle.

Mademoiselle Biloba

Mademoiselle Biloba est un nouveau concept d’ateliers cosmétiques sur Lille, situé en plein cœur du Vieux-Lille. Le temps d’un atelier ludique et convivial, vous apprendrez à réaliser vos propres cosmétiques naturels, produits de soins et de bien-être ou encore vos produits pour la maison.

Seul ou entre amis, venez découvrir la cosmétique maison sous nos conseils avisés !

Tweetez
Partagez
Partagez
0 Partages