Capibeauty à Laval

Quand tout part d’une histoire de boucles…

La vie d’entrepreneur.se n’est pas toujours écrite. Parfois elle arrive comme ça, sans crier gare, comme un accident ou par enchantement. C’est le cas d’Aurélie, fondatrice de Capibeauty, qui ne soupçonnait pas il y a encore quelques années qu’elle serait aujourd’hui à la tête d’une jeune entreprise d’accessoires de coiffure au succès grandissant. Rencontre.

Aurélie Payet

Fondatrice et CEO

Bonjour Aurélie, pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Aurélie, j’ai 29 ans, je suis Lyonnaise d’origine et maman de deux enfants. On peut dire que j’ai un parcours plutôt hors du commun, car j’ai exercé dans plusieurs domaines avant de créer mon entreprise. J’ai notamment travaillé dans le management, la gestion des ressources humaines, l’armée, l’insertion professionnelle et bien sûr, la coiffure, que j’ai commencé à l’âge de 10 ans avec ma maman.

Par la suite, j’ai voulu acquérir plus de connaissances dans ce domaine, notamment sur la partie chimique et technique. J’ai obtenue mon diplôme en 2009 à Paris. Dire que je ne pensais pas travailler dans l’univers du cheveux afro à l’époque…

Vous avez décidé de créer la marque Capibeauty, avec pour produits commercialisés des bonnets de nuit pour cheveux. D’où est venue cette idée ?

Le bonnet est né simplement d’un regroupement de demandes, de problématiques rencontrées par mes clientes depuis de nombreuses années. Je n’ai pas tenté de révolutionner le monde. Je voulais tout simplement répondre concrètement aux difficultés de mes clientes : garder des cheveux souples avec une belle définition de boucles, tout en gagnant un temps fou chaque matin. C’est chose faite !

C’est d’ailleurs pour cela que, dès le deuxième mois d’activité, les demandes ont triplé ! Et chaque mois celles-ci augmentent. Ce qui me confronte à une nouvelle problématique : renouveler rapidement les stocks.

Nous envoyons actuellement les bonnets en France, dans les Dom-Tom et en Belgique. Le bonnet est le premier accessoire créé par Capibeauty. Dans quelques mois, la taie d’oreiller en satin sera disponible… et je ne compte pas m’arrêter là !

Bonnet de nuit pour cheveux crépus chez Capibeauty

Vous êtes située sur Laval, pourquoi ce choix ?

En 2013, je me suis installée en Mayenne avec mon conjoint. Nous avons fait ce déménagement par rapport à son travail. Je ne pensais pas trouver un tel besoin dans ce département dans le domaine de la coiffure afro. Comme quoi, tout peut arriver ! Je travaille aujourd’hui de chez moi.

Votre entreprise est toute récente. Avez-vous rencontré des difficultés particulières pour créer votre société ? Et des aides ?

Oui, bien sûr que j’ai rencontré des difficultés. Je n’ai eu aucune aide et je n’avais pas beaucoup de finances. J’ai dû apprendre énormément de choses seule. J’ai donc fait beaucoup d’erreurs sur la mise en place d’une entreprise. Par la suite, j’ai été accompagnée par la LMT (Laval Mayenne Technopole) à Laval, ce qui m’a permis de pouvoir échanger avec d’autre entrepreneurs et ce fut très enrichissant.

C’est très difficile de gérer le quotidien de femme, de mère, d’épouse et de cheffe d’entreprise mais je sais pourquoi et pour qui je le fais.

Quelle est votre vision de l’entrepreneuriat ? Qui vous inspire au quotidien pour avancer ?

L’entrepreneuriat, c’est un style de vie, un état d’esprit, beaucoup de persévérance, des hauts et des bas. Une choses est sûre, ce n’est pas le meilleur moyen d’avoir une petite vie tranquille avec 35 heures de travail par semaine, mais c’est tellement enrichissant personnellement. Depuis que j’ai commencé mon activité, j’ai appris tellement de choses et sur différents domaines que je ne pourrais pas retourner à « une petite vie tranquille ».

J’ai vraiment de la chance d’avoir une communauté qui m’entoure, qui croit en moi, en mes produits et en mon entreprise. C’est grâce à elle que j’ai commencé et c’est grâce à elle que je continue d’avancer.

Des conseils pour toute personne qui veut se lancer comme chef.fe d’entreprise ?

Passer à l’action ! Cela ne sert à rien de se torturer 150 ans le cerveau pour savoir si cela marchera ou pas. Même sans finances, c’est possible.

Je ne dis pas qu’il faut se lancer tête baissée, il faut aussi mesurer les risques. Mais il est possible de faire une petite action gratuite ou peu coûteuse qui permettra de valider son projet (créer un sondage, faire une vidéo, faire des recherches sur le marché grâce à Internet …).

Capibeauty

Le spécialiste des soins pour cheveux bouclés, frisés et crépus

Facebook : Capibeauty
Instagram : Capibeauty
Youtube : Capibeauty
Email : contact@capibeauty.com

Tweetez
Partagez
Partagez
0 Partages