La nature, un rêve pour beaucoup !

“Je gérais la nature depuis mon bureau”

Au cœur de la nature occitane, Anne et son mari Virgile ont créé l’écolieu du Merle Enchanteur. Un lieu où règne le partage, les rencontres et la croissance personnelle. Pourquoi, comment, elle nous raconte son parcours. 

A la découverte de l'écolieu du Merle Enchanteur au coeur de la nature occitane.

Anne Brassart

co-gérante

Qui êtes-vous ?

Anne, co-gérante de l’écolieu du Merle Enchanteur, de formation géographe et urbaniste

J’ai exercé pendant 12 ans le poste de responsable des espaces naturels et de la biodiversité au sein du Grand Port Maritime de Marseille. Je « gérais » la nature depuis mon bureau

Aujourd’hui, j’ai choisi d’être en contact étroit avec la nature en mettant les mains dans la terre et les pieds sur les sentiers, dans un lieu à taille humaine. 

Formée par ailleurs au coaching, à des pratiques énergétiques et à la géobiologie, je souhaite mettre mes valeurs, ma passion, mes savoir-être et mes compétences au service d’un développement local harmonieux et durable.

Comment est née votre envie entrepreneuriale ?

Notre projet entrepreneurial trouve ses origines en 2015. Nous avons décidé de « changer de vie », avec la volonté de porter un projet professionnel en cohérence avec nos valeurs et en lien avec la nature et l’environnement

L’écolieu du Merle Enchanteur que nous avons créé est un lieu de rencontre, de partages et de convivialité. Le lieu est entouré principalement de forêts de chênes et de châtaigniers, mais également de prairies naturelles sur 4,5 hectares.

A quoi ressemble votre quotidien ?

J’assume les missions d’accueil, d’animation, d’organisation d’événements, ainsi que la communication du lieu. Je fais également du coaching individuel et collectif, de l’éducation à l’environnement et au développement durable. 

Virgile, lui, est en charge des missions de travaux, construction écologique, gestion technique, maraîchage, permaculture, mise en valeur de la biodiversité et suivi comptable.

Notre objectif est de faire vivre un lieu qui a pour vocation : 

  • D’être un lieu à faible empreinte écologique, de par la conception de ses équipements, les activités proposées, et les actions d’entretien et d’utilisation du site (entretien de la forêt, maraîchage biologique, permaculture…). Par le choix de nos approvisionnements également.

  • D’être un lieu de ressourcement créatif et d’accompagnement de vie par la proposition d’activités variées visant à l’épanouissement des personnes (ateliers, stages, conférences, consultations, etc.).
  • D’être un lieu d’accueil qui permette de vivre l’expérience de connexion à la nature et à la terre dans un confort « moderne » tout en rencontrant d’autres visiteurs et en partageant des moments de rencontres et de convivialité.

Quelles pistes de développement avez-vous pour le Merle Enchanteur ?

Aujourd’hui, nous envisageons de nous développer dans 2 directions :

  • Une partie écotouristique, incluant un petit gîte (le Nid) et des hébergements insolites « nature » (les zomes).
  • Une partie événementielle, avec l’accueil de groupes pour des stages ou ateliers ainsi que des locations à la journée ou à la soirée sans nuitée sur les thématiques de l’écologie et du développement personnel.
Remettre la Nature au cœur de son projet professionnel, ils l'ont fait.

Vous souhaitez également accompagner les projets de reconversion professionnelle.

Après 12 ans en tant que responsable Espaces Naturels & Biodiversité pour le Grand Port Maritime de Marseille, en pleine Camargue, j’ai fait ma crise à la « Hulot ». Nous avons quitté Marseille en famille en août 2015.

Coach certifiée, formée à la pédagogie du public adulte, avec ma besace d’expériences dans l’écologie et le développement personnel, je porte en effet un projet d’accompagnement à la reconversion professionnelle pour des projets à impact positif écologique. Je l’ai appelé «Inspire the Change ».

J’ai à cœur qu’un maximum d’humains se réalise afin de sortir de la prédation humaine et écologique.

En quoi consiste « Inspire the Change » ?

Il s’agit d’accompagner la transition professionnelle en lien avec la transition écologique.

Mon approche considère qu’il s’agit d’aller d’abord en soi (Inspire) avant d’aller changer le Monde (Expire).

Je souhaite accompagner les gens en réflexion ou mûrs à faire la bascule pour faire coller leurs vies personnelles & professionnelles avec leurs valeurs écologiques et leurs souhaits de faire leur part de Colibri, dans la joie et la sérénité.

Je développe pour cela un programme en ligne et des immersions à l’écolieu du Merle Enchanteur.

Quels sont vos rapports avec la commune d’Alan où vous êtes implantés ?

Nous avons rencontré les maires des communes d’Alan et d’Aurignac au stade de la prospection. Pour nous, c’était important de s’installer sur un territoire favorable à notre projet

Ainsi, quand il nous a été répondu « Votre projet est extra ! Il rentre exactement dans toutes les orientations de la communauté de communes ! », nous étions un peu étonnés de tant d’enthousiasme. 

En effet, nous venons tous deux du milieu de l’aménagement et des gros chantiers. Nous savons que développer un projet tel que le nôtre, même si plus petit que dans nos anciens métiers, n’est pas un long fleuve tranquille.

Depuis, notre projet continue d’être soutenu

Les collectivités et les services d’État ont participé  à notre comité de pilotage dans le cadre d’un accompagnement de la structure ADEPFO (Association pour le développement des Pyrénées par la Formation). Nous avons obtenu les avis positifs des instances de protection de la nature régionales dans le cadre de la révision du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal. Cela permettra in fine de construire nos hébergements. 

Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui hésite encore à se lancer dans son projet ?

Quand on développe un projet tel que le nôtre qui « impacte » le territoire, c’est important de créer des relations de confiance gagnant-gagnant avec les collectivités. Mais aussi avec les services d’Etat qui apprécient d’être « dans la boucle » depuis le démarrage. Ils n’aiment pas être mis devant le fait accompli en découvrant des dossiers de demande d’aménagement déjà avancés. Les projets, notamment de lieux, qui arrivent en terrain conquis pour expliquer aux ruraux qu’ils ont tout compris, ou s’installent « hors sol » en autarcie, sont mal acceptés et leurs durées de vie potentiellement compromises.

Ce qui est important également, c’est de s’informer des politiques publiques territoriales telles que le PLU.I ou le PADD (Plan d’Aménagement et de Développement Durable) afin de s’insérer dedans. C’est un gage de validation par les services instructeurs lorsque le temps est venu d’avoir les autorisations inhérentes au projet développé.

Enfin, je conseillerai de se faire accompagner quand on n’est pas familier de ce type de démarches autant en termes techniques qu’en termes psychologiques. Cela peut être long et mettre les nerfs à rude épreuve !

Ecolieu du Merle enchanteur

Accueil écotouristique en camping, glamping, nuitées insolites et gîte.

Evènementiel dans le domaine du développement personnel et de l’écologie.

Co-construisons nos rêves !


Tweetez
Partagez
Partagez
0 Partages