La reconversion d'une ingénieur en chocolatière

D’ingénieure à chocolatière

Qui n’a jamais rêvé de mettre un peu plus de douceur et de goût dans son quotidien ? Carine a plaqué les systèmes d’information pour devenir chocolatière. Ses ingrédients ? Des produits simples, bons, de qualité, essentiellement bio et équitables, sans conservateur ajouté, mais avec beaucoup d’humanité.

Des produits simples et bons, voici le secret de Carine, votre chocolatière.

Carine Dhers

Chocolatière

Vous avez créé Mon jardin chocolaté en 2015. Quel a été votre parcours jusqu’à cette création d’entreprise ?

Je suis chocolatière… mais aussi ingénieure ! Après 12 de conseil en systèmes d’information, j’ai réalisé un bilan de compétence et me suis reconvertie vers la chocolaterie car j’avais besoin de travailler autant avec mes mains qu’avec ma tête.

1 an plus tard, mon CAP chocolatier en poche, j’ai été stagiaire et commis dans plusieurs belles chocolateries à Paris et à Lyon, avant de me lancer comme auto-entrepreneur dans ma cuisine ! Je voulais tester mes premières recettes auprès de mon réseau personnel, et évaluer si je serais capable de les vendre.

Après une saison convaincante, j’ai créé ma SAS et investi dans un laboratoire de chocolaterie.

Comment est née votre envie entrepreneuriale ?

L’envie d’entreprendre est née pendant mon bilan de compétence : pour pouvoir travailler avec ma tête autant qu’avec mes mains, il me semblait que la création d’entreprise serait un bon défi.

Entreprendre me permet de faire ce que j’ai envie de faire, à ma manière.

Les chocolats biologiques fabriqués à Paris par Carine, votre chocolatière.

Quelles ont été les toutes premières difficultés rencontrées dans cette aventure ?

Le plus difficile pour moi a été de devoir tout faire toute seule : achats, production, ménage, compta, prospection… Devoir prendre toutes les décisions, de la plus anodine à la plus stratégique.

Heureusement, j’ai multiplié les occasions de rencontrer d’autres entrepreneurs (réseau, formations proposées par la chambre des métiers, etc.) pour éviter de rester dans la solitude.

Depuis, je me suis associée avec 2 personnes qui, même si elles ne travaillent pas au quotidien à la chocolaterie, m’aident à prendre les décisions (parfois anodines quand je suis trop fatiguée d’en prendre, parfois stratégiques…).

Avez-vous également eu de belles surprises lors de votre lancement ?

J’ai eu la chance de pouvoir installer mon laboratoire de chocolaterie dans un espace associatif et entrepreneurial particulièrement stimulant, et qui m’a permis notamment de faire intervenir du personnel en insertion professionnelle.

La belle surprise, c’est que ce lieu (éphémère) est un ancien hôpital… où je venais régulièrement dans mon enfance !

Quel est votre moteur pour vous lever tous les matins ?

Le plaisir de retrouver mon équipe que j’adore : mon apprentie, les personnes en insertion qui viennent tous les matins, une de mes associés une fois par semaine…

Mise en boite solidaire de chocolats

A quoi ressemble votre quotidien au sein de Mon jardin chocolaté ?

Les journées sont chargées !

Notamment en période de rush ou lorsque mon apprentie est à l’école, je commence par 3-4h de fabrication de chocolats.

En début d’après-midi, je peux avoir des rendez-vous (prospection, partenariats, etc.).

A 15h30 j’ouvre l’espace boutique devant mon laboratoire et accueille les clients.

Entre deux clients, je prépare les commandes Internet à expédier.

Et, en fin de journée, je m’occupe de l’administratif : compta, passage de commandes, règlement des fournisseurs…

Auriez-vous un conseil à donner à quelqu’un qui hésite encore à se lancer dans le grand bain de l’entrepreneuriat ?

L’entrepreneuriat est aussi un magnifique outil de développement personnel : on se retrouve face à ses contradictions, à ses peurs, qu’il faut surmonter. Pendant les moments difficiles, remises en questions, angoisses…

Dites-vous que quand vous serez passé de l’autres côté (il faut un peu de temps), vous trouverez la magie !

Mon jardin chocolaté


Le chocolat est essentiel pour vous ?

Les grands esprits se rencontrent, il est au cœur de ma vie car c’est une source d’équilibre, de lien, de délicatesse, bref de bonheur.

Je suis devenue chocolatière pour inventer une façon à la fois très personnelle et cocréative de travailler un chocolat essentiellement bio, artisanal et de haute qualité dans lequel j’infuse et je sème des fleurs, des graines et des fruits au gré de mes inspirations et des saisons.

Je suis heureuse de partager avec vous Mon jardin chocolaté

… qui va bientôt devenir Votre jardin chocolaté !

Tweetez
Partagez
Partagez24
24 Partages